E

ebXML (electronic business using XML) : Ensemble de spécifications basées sur XML définissant un standard pour l’e-commerce. Successeur de l’EDI, ce standard permet d’étendre les possibilités d’échanges interentreprises. Contrairement à l’EDI, il ne nécessite pas de réseaux dédiés.

Echelle de temps [Universal Time Coordinated (UTC)] : Heure basée sur le méridien de Greenwich (+0, heure GMT). Cette heure est utilisée afin de n’avoir pas à jongler avec les décalages horaires lorsque l’on s’adresse à plusieurs interlocuteurs situés dans des fuseaux horaires différents.

Echelle de temps UTC(k) : Heure fournie par la source de temps «k» avec une précision suffisante pour l’usage envisagé. Cette précision est au plan strictement technique de ± 100 ns, si l’on souhaite impérativement se conformer à la recommandation S5 du Comité Consultatif pour la Définition de la Seconde (référence : [ITU-R TF.536-1]).

EDI (Echange de données informatisé) : Standard de message au format texte structuré permettant d’échanger des factures, bons de commande et de livraison, notamment. Il existe de nombreuses déclinaisons sectorielles des définitions de messages. Les entreprises utilisent parfois un réseau à valeur ajouté pour transporter les messages EDI.

EDIFACT (Electronic Data Interchange for Administration, Commerce and Transport) : Grammaire, syntaxe Edifact (norme ISO9735) et sémantique métier rassemblée dans les répertoires du TDID (Trade Data Interchange Directory).

EDIINT (EDI Internet Integration) : Standard de l’IETF permettant de combiner les syntaxes de l’EDI traditionnel (Edifact et Ansi X12) avec les protocoles IP de l’Internet : AS1, AS2, et AS3.

EFI : Echange de formulaires informatisé.

Empreinte (empreinte numérique ou condensat ou hash) : Résultat d’une fonction mathématique qui fait correspondre à des valeurs de longueur quelconque d’un domaine très grand, des valeurs d’une longueur fixe dans un domaine fini. La fonction de prise d’empreinte associée permet de réduire un très long message à une empreinte de longueur fixe qui est suffisamment compacte pour être introduite dans un algorithme de signature. Une bonne fonction de prise d’empreinte doit être sans collision, c’est-à-dire qu’il est impossible par le calcul de déterminer une seconde entrée pouvant correspondre à l’empreinte d’une entrée donnée.